Mépris et chikungunya 

Publié le par France Gamerre

 

Le discours officiel concernant cette épidémie, qui a été détectée il y a plus d’un an, devient juste audible ces jours-ci. Cette attitude, pour préserver des intérêts économiques (ports, tourisme, …) rappelle étrangement celle qui a prévalu lors de la canicule de 2003, ou encore celle qui arrêtait le nuage radioactif de Tchernobyl à la frontière française.

Quand cessera-t-on de mentir à nos concitoyens ?

C’est de plus et surtout une attitude méprisante vis-à-vis des 70 000 réunionnais déjà touchés, pour l’instant, par cette épidémie.

C’est aujourd’hui, un an après avoir diagnostiqué les méfaits du moustique incriminé, que l’on envoie des bataillons de militaires vaporiser des produits toxiques, dont la nocivité pourrait dépasser celle du moustique lui-même.

A quand une éthique en matière de santé publique ?

 France GAMERRE
Présidente de Génération Ecologie

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article