Réunion-débat sur l'égalité des chances

Publié le par Aurélien

France Gamerre est intervenue lors de la réunion-débat sur l'égalité des chances, qui a eu lieu le 26 avril à Paris. Organisée par Adnan Azzam, Président de l'Association Paris Village, cette manifestation a réuni de nombreuses personnalités autour du thème "Egalité des chances et représentation politique". Parmi elles, on peut citer Azouz Begag, Ministre délégué à la Promotion de l'Egalité des chances, Bernard Stasi, Ghaleb Bencheikh, Bernard Debré, Embarek Kari, Alain Régnier et Daniel Picouly. La Présidente de Génération Ecologie était également accompagnée par Yves Vola, Dominique de Coninck, Michel Verna (GE Val d'Oise) et Joël Roret (GE Essonne). Vous trouverez ci-dessous le discours de France Gamerre prononcé lors de cette soirée.

L’égalité des chances, qui est la vision moderne de l’Egalité recherchée par les fondateurs de la République, est décrétée par la loi, mais je pense que ce n’est pas suffisant, encore faut-il l’organiser et surtout agir pour la mettre en œuvre.

C’est par l’accès de tous à la culture et à la formation que l’égalité des chances se mettra en place aujourd’hui.

Cela dit, il y a un bastion plus difficile que les autres à conquérir en matière d’égalité des chances, c’est celui qui concerne «  la condition féminine ».

L’exemple le plus frappant est la situation des femmes, de toutes les femmes en politique. Nous sommes toutes, en la matière, des migrantes. On peut instituer toutes les lois, les quotas que l’on veut, cela n’y change pas grand chose. Ce sont les changements de mentalités ou le vote des citoyens qui feront le changement. Les lois qui ne sont pas comprises et appropriées par les citoyens ont peu de chance d’être appliquées sérieusement.

Mais ce soir mon cher Adnan, mes chers amis, tu nous rends a tous et a toutes un grand service en permettant l’échange, la reconnaissance de nos diversités, une chance, une richesse.

C’est par la pédagogie de l’action que l’on rapproche les points de vue. C’est par la diversité de nos témoignages, la qualité des intervenants que l’on peut nouer des liens, donner sa confiance et créer aussi une nouvelle gouvernance respectueuse de l’Homme, de la femme et de notre environnement.

Aussi, ce soir c’est bien les prémisses d’un nouveau contrat social que nous créons ensemble. 

France GAMERRE

Publié dans Discours

Commenter cet article