La France Championne d'Europe...des pesticides

Publié le par Aurélien

Notre pays commercialise près de 80 000 tonnes de matières actives chaque année. Ce triste record lui permet de se hisser au sommet de la hiérarchie européenne des consommateurs de pesticides et sur la troisième marche du podium mondial. L’agriculture est responsable à 90 % de cette consommation excessive qui engendre non seulement de graves pollutions (eau, sol, air) mais aussi la contamination de nos aliments. En effet, plus de 50 % des fruits et légumes que nous consommons sont contaminés par des résidus de pesticides.

La politique actuelle, qui consiste plus à encourager qu’à dissuader les agriculteurs d’utiliser des produits phytosanitaires, nous conduit tout droit à une crise sanitaire majeure. De nombreuses études ont montré le rôle des ces produits sur nos organismes : malformations, stérilité, cancers, etc.

L’objectif du projet de loi sur l’eau examiné ces jours-ci est de parvenir « à un bon état écologique des eaux » en 2015, conformément à la directive européenne sur l’eau du 23 octobre 2000. Condamnée à plusieurs reprises par l’Union Européenne  pour son laxisme en matière de qualité de l’eau, la France reste menacée par des sanctions financières conséquentes. Selon l’IFEN (Institut Français de l’Environnement), les pesticides sont présents dans 57 % des stations de mesure d’eau souterraine et dans 80 % des stations de rivière.

On ne peut incriminer directement les agriculteurs qui sont les premières victimes, par leur degré d’exposition, des substances nocives présentes dans les produits qu’ils utilisent. C’est donc la politique agricole qu’il faut revoir, en mettant en place des aides spécifiques pour permettre une évolution des pratiques vers une agriculture durable, à savoir le développement de la production intégrée et de la filière biologique.

Par ailleurs, le projet de loi sur l’eau ne retient pas le principe pollueur-payeur. Les 6 agences de l’eau, dont les missions s’articulent autour de la lutte contre la pollution et la gestion des ressources en eau, sont financées à 85 % par les ménages ! Les citoyens ne peuvent continuer à être prélevés pour des maux dont ils ne sont pas la cause.

France GAMERRE, Présidente de Génération Ecologie, entend dénoncer ce projet de loi sur l’eau qui profite une nouvelle fois à l’industrie chimique. La politique française en matière d’agriculture doit suivre le chemin du développement durable et ne pas rester dans son immobilisme.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article