Chirac doit relancer l'Europe

Publié le par Aurélien

Pour 64 % des français (soit les 2/3), le « non » français au référendum sur la Constitution Européenne, dont c’est aujourd’hui l’anniversaire, a affaibli la France et sa position en Europe.

Mais ce vote négatif n’a pas fait qu’affaiblir la France, il a également mis en panne le projet européen.

Un an après, il est temps de dresser le bilan de ce « coup de poignard » dans le dos de l’Europe et de montrer du doigt les coupables.

Si une faible majorité des français a voté négativement, cela ne signifie nullement qu’ils étaient fondamentalement contre le projet européen. Les opposants traditionnels à l’Europe sont en effet largement minoritaires dans le pays. Ce sont les circonstances : rejet du gouvernement, incompréhension du texte trop long, trop obscur et manipulations des opposants à la direction des partis favorables à l’Europe qui ont permis cette majorité du « Non ». Dans d’autres circonstances, cette majorité n’aurait pas existée.

Les manipulateurs avaient promis que le refus de la France relancerait l’Europe sur de nouvelles bases et permettrait au fameux plan B de prendre le relais du projet de Constitution. Ils avaient promis également de reprendre l’initiative afin de relancer la machine. Aujourd’hui le constat est clair : ils n’avaient rien prévu sauf de créer une confusion politique dans le pays pour en tirer un profit personnel. Ils n’ont rien fait non plus pour relancer la machine européenne simplement parce que cela ne les intéresse pas.

Génération Ecologie dénonce ces « magouilleurs » professionnels totalement irresponsables et dont l’effet néfaste apparaît au grand jour.

La vraie majorité aujourd’hui, c’est celle qui pense que la France sort affaiblie de ce référendum. En effet ; il y a un grand risque que les 17 pays qui ont déjà ratifié le traité de Constitution Européenne se l’appliquent à eux-mêmes, créant ainsi une force politique européenne dont la France sera exclue.

Pour éviter ce risque, je lance un appel au  Président de la République Jacques Chirac :  reprenez l’initiative avant la fin de votre mandat et proposez aux Parlements réunis en Congrès à Versailles de voter un nouveau texte rapprochant la France des signataires du traité. Ainsi les français victimes d’un pouvoir qui les a déçu et abusés par les « charlatans » qui leur ont fait miroiter que le « non » allait changer l’Europe et renforcer la France, n’auront pas à regretter les conséquences de leur vote.

France GAMERRE

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article