D3E : la France une nouvelle fois à la traîne

Publié le par Aurélien

La France produit chaque année 1,7 millions de tonnes (pour un total de 6,5 millions en Europe) de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E), ce qui représente environ 14 kg de déchets par an et par habitant. Ces déchets, qui comprennent notamment les réfrigérateurs, les télévisions, le petit électroménager ou les cuisinières, se retrouvent encore trop souvent sur les trottoirs des communes françaises.

Comme dans de nombreux domaines environnementaux, l’Europe a permis à ses pays membres d’améliorer leur situation écologique, en votant en 2002 une directive relative aux D3E. Celle-ci fixe un objectif de collecte de 4 kg par an et par habitant d’ici au 31 décembre 2006.

Il a fallu attendre 3 ans et un décret de juillet 2005 afin que le texte soit transposé en droit français. Pour activer la filière de collecte et de traitement, des éco-organismes doivent être créés, afin d’assurer notamment la gestion économique de la filière et de mettre en place des actions de sensibilisation, d’information et de communication. Seulement, ces organismes doivent être agréés par les pouvoirs publics, ce qui n’est pas encore le cas à l’heure actuelle.

Le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable affirme que les agréments seront délivrés à la rentrée. Il est toutefois difficile à croire que la filière sera opérationnelle dans les temps…

Devant un phénomène qui prend de l’ampleur (la production de D3E augmente de plus de 5 % par an), la question de la prise en compte du problème en amont se pose une nouvelle fois. France Gamerre et Génération Ecologie demandent que, pour les D3E ainsi que pour les autres catégories de déchets, soit mis en place une réelle politique de réduction à la source et regrettent la lenteur des pouvoirs publics sur cette question.

Une fois de plus, le gouvernement actuel, comme ses prédécesseurs, se distingue par son inertie et son manque de réactivité.

France GAMERRE

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article