Où l'on traite de l'écologie...

Publié le par France

Une variété de riz américain génétiquement modifié vient d’être détecté dans des cargaisons à destination de la France. Pourtant, ce riz est interdit à la culture, même aux Etats-Unis ! Cette erreur résulterait d’un imbroglio entre firmes agro-alimentaires, sur fond de rachat et d’insouciance. Bien entendu, nous sommes complètement rassuré depuis que l’on nous a affirmé que « cette variété de riz ne représente pas de menace pour la santé humaine ou végétale »…

Il y a quelques jours déjà, Greenpeace avait annoncé la contamination de riz dans des produits alimentaires chinois vendus en Europe et notamment en France.

Ces premières affaires démontrent l’inaptitude des autorités européennes à contrer l’appétit vorace des firmes OGM d’Outre-Atlantique, pour qui les organismes transgéniques ne sont qu’un outil leur permettant de commercialiser les pesticides qui leur sont associés. La contamination de nos assiettes est alors double : OGM et pesticides.

Aujourd’hui, la surface occupée par les cultures transgéniques dans le monde atteint 100 millions d’hectares. Les risques suscités par ce genre de pratiques sont encore méconnus mais peuvent être nombreux et préjudiciables non seulement pour la santé humaine, mais aussi pour la biodiversité. De plus, le riz étant un aliment de base au niveau mondial, la menace d’une contamination généralisée est à prendre en considération de façon urgente. Mais il sera difficile de compter sur notre gouvernement, tant sa politique en matière d’environnement semble ne satisfaire que les lobbies de tous bords.

De façon plus direct, les habitants d’Abidjan en Côte d’Ivoire peuvent également craindre pour leur avenir. A la suite du déversement de déchets chimiques dans des décharges publiques, dans la mer, dans la lagune de la ville et à proximité de zones maraîchères, ce sont des milliers d’entre eux qui ont été intoxiqués. Cette pollution a déjà fait 6 morts mais le pire est à craindre avec l’éventuel pollution de la chaîne alimentaire.

Bien entendu, ces faits qui touchent au domaine de l’écologie sont peu ou pas relayés dans les médias. Ces derniers préférant s’attarder sur la dissection des paroles des pseudo-ténors de la politique.

A l’approche de l’élection présidentielle, je crains que ce ne soient encore les thèmes de l’insécurité et de la fracture sociale qui prédominent dans nos journaux. Certes, ils se doivent d’être traités, mais comme le montrent le scandale des OGM ou les pollutions à répétition, l’écologie est un thème qui nous concerne tout autant, et cela au quotidien. Aux électeurs de faire leur choix.

France GAMERRE

Publié dans Humeur

Commenter cet article