Bioéthanol : ne pas se précipiter

Publié le par Aurélien

Bioéthanol E85, vers une « taxation minimale » et quelque 500 pompes dès 2007, mais premiers désaccords. Le ministre de l'Economie et des Finances Thierry Breton a réaffirmé ce mardi la volonté du gouvernement qui est « clairement d'avoir une taxation minimale » sur le bioéthanol E85, qui sera normalement disponible pour quelque 500 pompes dès 2007. Le coût de l'E85 au kilomètre, 85% d'éthanol de 15% d'essence, doit être « assez proche du prix du gazole », a ajouté Thierry Breton, lors de la présentation du rapport « Flex Fuel 2010 » sur la généralisation en France du bioéthanol E85. Pour le ministre de l'Agriculture Dominique Bussereau, il faut que la France soit « très ferme dans les négociations avec l'OMC » et « se protège » de l'importation massive d'éthanol brésilien, qui aurait pour effet de menacer la filière française. « Il faut éviter l'entrée sur notre marché dans des conditions qui ne seraient pas concurrentielles » de biocarburants étrangers, selon lui.

Le ministre de l'Economie Thierry Breton avait annoncé dimanche dernier le lancement prochain de « pompes vertes » au bioéthanol, pour proposer aux automobilistes « une essence verte beaucoup moins chère ».

Bioéthanol E85, ne nous précipitons pas, a annoncé pour sa part Génération Ecologie. En réponse à l'annonce par le ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie Thierry Breton dimanche dernier que des « pompes vertes » à l'éthanol seraient rapidement disponibles sur l'ensemble du territoire français, notamment pour faire face à un pétrole toujours plus cher, « plusieurs interrogations restent en suspens » selon Génération Ecologie.

Elaboré à partir de plantes sucrières ou contenant de l'amidon (blé, maïs, …), l'éthanol nécessite des terres cultivables en grande quantité. La consommation de notre pays en pétrole est telle (près de 50 millions de tonnes de pétrole par an) que la superficie de terres arables de notre pays ne suffirait largement pas à produire la quantité équivalente, précise le mouvement politique.

« Par ailleurs, l'opposition entre les cultures dédiées au biocarburant et celles destinées à nourrir les populations locales pose problème dans les pays les moins favorisés. Les pétroliers français ont d'ores et déjà annoncé qu'ils achèteraient l'éthanol là où il est le moins cher, à savoir au Brésil notamment, où la superficie des cultures se développe à un rythme exponentielle, au détriment des forêts. »

« Enfin, ces cultures non destinées à la consommation provoquent un recours important à l'irrigation et aux produits phytosanitaires, contaminant par la même les milieux naturels. Le bilan environnemental de la filière éthanol n'est donc pas pleinement bénéfique pour notre planète. »

France Gamerre, Présidente de Génération Ecologie et candidate à l'élection présidentielle, se félicite de l'intérêt porté par le gouvernement sur la question. « Cependant, le développement de l'éthanol ne doit pas servir d'argument écologique marketing à l'orée d'élections majeures. Même si l'éthanol permet une réduction des dégagements de CO2, il convient d'analyser l'impact écologique de la filière dans son ensemble, afin de ne pas mettre sur le marché une essence plus nocive pour l'environnement que ce que nous connaissons actuellement. Il est indispensable de favoriser un mix en matière de motorisation automobile, notamment en développant la recherche et les filières concernant les autres biocarburants, les moteurs hybrides et électriques ou encore les moteurs à hydrogène. »

Source : Actualités News Environnement

http://www.actualites-news-environnement.com/20060926-bioethanol-e85-taxation-minimale-desaccords.php

Publié dans Médias

Commenter cet article